Introduction à l'attelage

Différence chevaux/bœufs pour l’attelage

 



Les agriculteurs et cultivateurs ne sont pas d’accord sur le fait de savoir s’il est préférable de se servir de chevaux plutôt que de bœufs pour les travaux agricoles. 
- Sur des chemins sinueux de longue durée, notamment lors du roulage, il est prouvé que le cheval est plus efficace que le bœuf. Etant plus rapide, il est également parfaitement adapté lors de la semaille ou pour la rentrée des récoltes. 
- Le bœuf lui, plus rustre et moins malléable, n’est seulement exploitable que pour des travaux lié à la ferme. 


 

Choisir son type d'attelage : coût vs productivité

 

Cheval ou boeuf ? Le prix d’achat d’un boeuf, son entretien, ainsi que son harnais coûtent moins cher à l’agriculteur comparé au cheval. Plus résistant, sa production de fumier est plus importante. 
Cependant, étant plus lent que le cheval, celui-ci est souvent condamné à rester dans son étable. Etant moins indépendant que les chevaux, un personnel plus important doit être mis à leur disposition. Un agriculteur ne peut pas non plus seulement travailler uniquement avec des bœufs : une bonne production alliera la double exploitation des bœufs et des chevaux. 

 

L’exploitation bœufs/chevaux : le duo gagnant

 

L’emploi simultané des bœufs et des chevaux présente les plus grands avantages pour l’agriculteur. 
Du fait de leurs physiques lourds et de ce fait ankylosés, le labourage nécessite deux à trois fois plus de bœufs car ceux-ci s’épuisent plus facilement. Il est donc indispensable d’en avoir de rechange afin qu’ils puissent se reposer. Un attelage d’environ 4 chevaux est donc conseillé en complément pour la herse et les transports.

 

L’exploitation des vaches pour les petites cultures

 



Il est plus intéressant de disposer de vaches pour des petites cultures.
Dans les grandes exploitations où la productivité en chaine est au centre des attentions, les animaux ne sont pas toujours aussi bien traités et sont parfois malmenés. Et cela influe sur la qualité de leur productivité. En effet, il est par exemple prouvé que s’occuper de ses vaches avec soin permet aux agriculteurs d’accroître la qualité du lait produit.  

Il est impossible d’exploiter des vaches pour de grandes cultures : celles-ci sont encore moins performantes que les bœufs, notamment à l’époque du vêlage. En effet, lorsqu’elles mettent  bas, celles-ci exigent près de trois mois de repos. Il faudrait alors pour l’agriculteur exploiter trois paires de vaches pour une paire de bœufs, ce qui économiquement n’est pas rentable.

 

Joug ou collier ?

 

Les bœufs se fixent soit au joug, soit au collier.

Pièce de bois que l’on pose sur l’échine du bœuf, le joug est moins compliqué et beaucoup moins cher que le collier. Afin de mieux maintenir l’animal, il est conseillé de placer un double joug. 
Plus de force et plus de stabilité : l’attelage plus serré permet aux bœufs d’être plus efficaces. 

Le collier lui, est tout d’abord adaptable à la fois avec les bœufs et avec les chevaux. 
Il permet aux bœufs d’avoir des mouvements plus libres. Grâce aux colliers, les bœufs n’ont pas besoin d’avoir le même gabarit pour pouvoir tirer le chariot. 


 

Pour la manière d’atteler les chevaux, Voy. Harnais, Harnachement.